1944

Août 1944. C'est un temps de liesse pour la population parisienne enfin libérée du joug nazi. Plus d'assassin en uniforme vert-de-gris, plus d'otages fusillés, plus de peur et de honte. Le cauchemar est-il donc terminé ? Non, car voici venir l'heure des réglements de compte, du pillage et des exécutions sommaires. En septembre, la légalité républicaine est encore, à bien des égards, une vue de l'esprit. Parallèlement au gouvernement provisoire de la République française (GPRF) présidé par le général de Gaulle existent différentes autorités sur lesquelles le Parti communiste a une influence décisive ou une mainmise totale : le Conseil national de la Résistance (CNR), les comités de libération, les milices patriotiques, les FFI et les FTP, ainsi que la plupart des organes de presse. Le compte rendu expédié aux services de renseignements gaullistes par le réseau Mabro donne une idée de l'ambiance qui règne alors dans le pays : "Dans touts les régions les FFI-FTP se rendent insupportables, et la population les prend en grippe et les craint à l'instar des Boches. D'ailleurs, si les groupes de FFI ont fait leur devoir d'une façon magnifique, d'autres ne sont apparus qu'après l'arrivée des troupes alliées et n'ont fait montre de leurs brassards que lorsque le danger était loin  (...) les individus armés de mausers sont devenus des hyènes, par leurs exactions sur les populations, par leurs vengeances personnelles... Ils ont chassé avec des armes de guerre, réquisitionné des denrées qui se sont perdues, accompli des actes de justices sommaires et inefficaces...".

 

Femme montrant ses ongles décorés du "V" de la Victoire à la Libération. RV-533734 et Femme tondue à la Libération. RV-533733 © Roger-Violle/Paris en images 

 

L'un des objectifs du PCF consiste à éliminer le grand patronat et, autant que possible, les cadres de l'industrie française. Dès 1938, Pierre Semard déclarait lors d'un congrès de la CGT : "Les deux cents familles, leurs neveux et leurs cousins ne m'intéressent pas ! Je sais bien comment leur compte sera réglé quand nous aurons réglé le compte du fascisme". Dès le mois de février 1942, le parti clandestin annonce : "L'expropriation des grands moyens de production doit se faire sans indemnité. La nation a déjà payé, non pas une fois, mais cent fois la valeur de ces entreprises". Après l'invasion de l'URSS vient le temps du marchandage entre de Gaulle et le PCF. Lorsqu'en 1943, le général propose aux communistes le ministère de l'Information puis, s'étant ravisé, celui de la Production industrielle, ces derniers posent des conditions précises, à savoir "la confiscation de tous les biens des personnes et sociétés ayant collaboré avec l'ennemi" et "la création dans les entreprises de comités de productions élus par les ouvriers employés et techniciens". L'année suivante, le camarade Jacques Duclos rédige lui-même le texte sur les nationalisations qui sera inséré dans la charte du Conseil national de la Résistance. Reste à négocier le programme de dékoulakisation dont rêve le PCF. Début 1944, les délégués communistes soumettent un certain nombre de propositions dans ce sens à l'Assemblée consultative d'Alger : "Tombent également sous le coup de mise hors la loi les individus qui, directement, ou indirectement, chargés de fonctions officielles ou non, ont d'une manière quelconque préconisé ou aidé la trahison dénommée "collaboration"". Avec une définition aussi vague, les communistes pouvaient accuser et juger sommairement toute personne de leur choix. Les ennemis de classe n'avaient qu'à bien se tenir. La suite fait froid dans le dos : la trahison "d'un individu mis hors la loi étant constatée, il sera immédiatement passé par les armes ou puni exemplairement ; ses biens seront saisis et mis au service de la nation". Le texte ne parle pas de procès, de tribunal ou de lois, il ne dit pas que la trahison devra être prouvée, mais qu'elle sera seulement "constatée", donc laissée au libre arbitre de l'épurateur. Aussitôt les Gaullistes s'émeuvent, mais toutes les propositions du PCF sur l'épuration sont adoptées.

 

Libération de Paris. Scène devant le Comité Central du Parti Communiste Français. RV-463616 © Roger-Viollet/Paris en images

 

Le général de Gaulle cède d'autant plus facilement aux communistes et à Staline que ses relations avec les Anglo-Saxons restent pour le moins tendues. Churchill écrit à Eden, le 21 mai 1943 : "Je demande instamment à mes collègues de considérer de toute urgence si nous devons à présent éliminer de Gaulle en tant que force politique (...) je suis prêt à défendre moi-même cette position au Parlement et je montrerai au monde que le mouvement anticapitulard français autour duquel la légende de De Gaulle s'est bâtie et la réalité de cet homme vaniteux et même méchant n'ont plus rien à voir ensemble (...) Il déteste l'Angleterre et il a partout laissé derrière lui une véritable traînée d'anglophobie (...) Lorsque l'on considère l'intérêt absolument vital qui est le nôtre de préserver de bonnes relations avec les Etats-Unis, il me paraît tout à fait innacceptable de laisser ce brandon de discorde, ce chicaneur, poursuivre le mal qu'il fait...".

Avec le début de l'insurrection, la lune de miel entre de Gaulle et les communistes connaît quelques violents orages ; mais le Général, qui attend de Staline la reconnaissance de son gouverement, n'a aucunement l'intention de rompre avec ses turbulents alliés d'extrême gauche. L'important est de rechercher au plus vite un compromis et de calmer l'agitation qui règne dans le pays. En attendant, le PCF a toute latitude pour se débarrasser de Louis Renault. Spécialiste de la manipulation, il dispose désormais de moyens puissants pour y parvenir.

 

Rencontre De Gaulle-Staline 2 décembre 1944 © inconnu

 

Dès le 22 août, avant même la libération de Paris, L'Humanité se déchaîne contre la direction de l'entreprise : "Les dirigeants de Renault devront payés pour les soldats des Nations unies tués, à cause de leur empresssement volontaire à équiper l'ennemi...". Saboteur des lois sociales, Renault est aussi responsable de la défaîte. Ces accusations ne manquent pas de sel si l'on sait que, pendant une vingtaine d'années, L'Humanité avait présenté l'industriel comme un vil marchand de canons, coupable de préparer "la prochaine guerre impérialiste". En désignant une tête à l'opinion publique, la campagne engagée par le PCF permet non seulement de servir les buts idéologiques du parti, mais aussi de jeter un voile pudique sur ses errances passées. Qui se souvient en effet qu'en juillet 1940, le journal communiste appelait à fraterniser avec les soldats allemands ? Qu'il préconisait l'ouverture des usines sous occupation ? Qu'il appelait à condamner Edouard Daladier et Georges Mandel ? Qu'il qualifiait le général de Gaulle d'agent de la finance anglaise ? Evidemment, après l'invasion de l'URSS et l'alliance conclue avec de Gaulle, le chef de la France Libre devenait un homme "honnête et intègre". Ne confondons pas cependant la propagande des principaux dirigeants du PCF avec l'attitude des militants ou des sympathisants dont beaucoup sont entrés très tôt dans la clandestinité pour engager la lutte contre l'Allemagne nazie. La propagande communiste ne fut d'ailleurs pas la seule à réclamer la tête de Renault et l'industriel fut violemment attaqué sur les ondes de la très gaulliste radio France-Alger dès le 23 juillet 1943.

 

Groupe de F.F.I. des usines Renault  en 1944 © APR Droits réservés

 

Louis Renault quitte son domicile de l'avenue Foch le 19 août, pour se réfugier chez son amie Aimée Morot-Dubuffe. Il ne vit pas pour autant caché puisqu'il se rend à l'usine à diverses reprises. Le 25, sur le chemin de Billancourt, il est pris à partie par un groupe de FFI et peut se retirer grâce à l'intervention de Charles-Edmond Serre. Arrivé à l'usine, il se dirige vers l'infirmerie où repose la dépouille de son collaborateur Pierre Lorrain : voulant hisser le drapeau tricolore sur l'île Seguin, ce dernier a été atteint par une balle perdue. Trois jours plus tard, Louis Renault assiste aux obsèques. Malgré les conseils pressants de son entourage, il n'envisage toujours pas de quitter la capitale. Début septembre, une mission militaire américaine étudie à Billancourt les résultats des bombardements aériens. Louis Renault accepte d'être photographié avec son collaborateur Paul Pommier par un officier qui veut ramener un souvenir aux Etats-Unis. C'est la dernière fois que le fondateur franchit le seuil de l'usine. Le 6 septembre, il se réfugie à Moulicent dans le Perche chez un authentique résistant, le baron de Longcamp.

 

Le 19 août, alors que Paris n'est pas encore libéré, l'avocat du parti communiste Marcel Willard s'installe dans les locaux du ministère de la Justice. Sommé par Alexandre Parodi de quitter les lieux, il s'exécute mais revient dès le lendemain. La course effrénée que le PCF engage pour contrôler les organes de pouvoir porte ses fruits : Marcel Willard devient en effet le premier secrétaire général de la Justice de la Libération. Pendant ce temps, la propagande communiste influence l'opinion afin de préparer l'arrestation de Louis Renault. Il faut toutefois un prétexte pour clouer l'industriel au pilori ; il est vite trouvé. Le 29 août 1944, une lettre de dénonciation écrite par un certain Renault de La Templerie, un riche retraité du XVIème arrondissement, est envoyé au secrétaire général de la Justice : "Je sais que vous êtes décidé à punir tous ceux qui, mauvais Français, se sont mis à la disposition des Allemands et ont agi contre les intérêts de notre pauvre pays. Parmi ceux-là, un des plus coupables est M. Louis Renault, directeur des usines Renault à Boulogne-sur-Seine. Ce mauvais Français a mis ses usines à la disposition des autorités d'occupation et a fabriqué pour elles des avions. Nous demandons son arestation et qu'il soit déchu de ses décorations et de sa qualité de Français..."

 

Dès le 1er septembre, Marcel Willard, qui s'est arrogé le pouvoir d'un Garde des Sceaux, transmet la lettre au procureur de la République. Ce dernier désigne le conseiller Marcel Martin, juge d'instruction du tribunal de la Seine, pour instruire l'affaire. C'est donc à la suite d'une dénonciation aussi sommaire qu'une inculpation d'atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat est lancée contre Louis Renault le 2 septembre 1944. Or le dénonciateur, comme il l'avouera bientôt au commissaire de police judiciaire, est un ami du père de François Lehideux qui venait d'être arrêté pour ses fonctions au sein du gouvernement de Vichy. Il est clair que l'opération vise à couvrir le neveu par alliance de l'industriel en essayant de détourner les accusations sur Louis Renault. Le dénonciateur déclarera en effet le 11 décembre: "Je ne suis parent, ni allié, ni ami de l'industriel Renault. Je ne le connais pas personnellement, mais je suis très lié avec le père de M. François Lehideux qui a été ministre. Il a été administrateur délégué de la société des automobiles Renault et il a justement donné sa démission pour ne pas travailler pour les Allemands (sic). Lorsque j'ai vu que François Lehideux, qui est un homme très propre et très bien, avait été arrêté et que Renault, qui avait travaillé pour les Allemands était laissé en liberté, j'ai écrit la lettre que vous avez eu en votre possession, pour signaler le cas de Renault". Rappelons que François Lehideux avait été ministre du maréchal Pétain, fonction qu'il l'avait notamment amené à contresigner le second statut des Juifs. Il est certain que François Lehideux fut, avec le Parti communiste, l'un des premiers responsables de la légende noire de Louis Renault. Entendu plusieurs fois par le juge d'instruction, il n'aura de cesse d'accuser son oncle par alliance, surtout après la mort de ce dernier.

A la dénonciation de Renault de La Templerie et aux allégations de François Lehideux vient s'ajouter l'accusation portée par les membres de la commission d'épuration du groupe Caudron-Renault, commission contrôlée par les communistes. Les accusations que nous pourrions portées contre MM. Renault et de Peyrecave, écrivent-ils, "sont suffisamment établies, d'une part du côté du gouvernement et d'autre part du côté de l'opinion publique, pour que nous fournissions ici le dossier d'accusation..." !

Goéland Caudron C-445M © Inconnu

Le 14, le directeur de Caudron-Renault, Alfred Asselot, dénonce l'hypocrisie d'un Etat qui, tout en laissant agir les inquisiteurs, profite des possibilités de l'entreprise. Dès le 29 août 1944 en effet, la direction de Caudron-Renault prend contact avec le ministère de l'Air et reçoit des commandes de moteurs, d'avions et de planeurs. Le premier avion Goéland, qui était en cours de finition, est livré le 2 septembre ! Et Asselot de poser cette question fondamentale : "Pourquoi la direction Caudron-Renault a-t-elle reçu ces commandes importantes, sans coup férir ? Il est juste et simple de dire que cela résulte des efforts qu'elle a faits pendant quatre ans, depuis juillet 1940, pour maintenir et développer le potentiel industriel de ses usines". Si les ministres de la République effectuent, dès l'automne 1944, le premier voyage de la Libération en avion (Goéland), si, à partir du mois de décembre, Billancourt répare plus de seize mille moteurs américains (chars et camions), si, enfin, l'usine peut reprendre la fabrication des automotrices, avant de lancer la 4 cv, c'est en effet que Louis Renault et ses proches ont su préserver un élément essentiel du patrimoine national.

 

Char américain Sherman avec son équipage canadien en 1944 © Archives de Normandie - auteur inconnu

 

 

 

A suivre...

 

Dernière mise à jour : 11 janvier 2012

Archives Nationales

an logo

Copyright Laurent Dingli